En ce début d'année 2017, La Chouette Curieuse part à la rencontre de nouveaux créateurs. Ce mois ci, on s’arrête chez Catherine, créatrice de Bahia Del Sol. Son atelier, niché au cœur de Lyon, est dédié à la création de bijoux à tendance ethnique, bohème et hippie chic. Catherine est une grande passionnée, depuis plus de 6 ans, elle se consacre à plein temps à ses créations et a même converti ses deux enfants aux loisirs manuels ! Pour elle, la création est un besoin vital. Sa bonne humeur et sa gentillesse se reflètent dans ses bijoux qui sont faits avec beaucoup de tendresse. Très positive, elle voit l'avenir avec bienveillance, espérant sa propre boutique, mais d'ors et déjà comblée d'exercer sa passion. Découvrez le chaleureux portrait de Catherine.

Vous trouverez les créations de Bahia Del Sol sur son site web, sa boutique Esty et vous pouvez la suivre sur Facebook !

Gamme de prix : €€

BÉNÉFICIER DE 10% DE RÉDUCTION SUR LES CRÉATIONS DE CATHERINE AVEC LE CODE "LCCXBAHIA". RENDEZ-VOUS SUR SON SITE. 

 

Hello Catherine, avant toute chose, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m'appelle Catherine, créatrice de la marque Bahia Del Sol. Je suis française d'origine espagnole – andalouse plus précisément. J'ai grandi entre Lyon, où je suis née, et Granada, en Espagne où j'ai notamment appris à broder à la main. J'ai la chance d'être maman ; J'ai un fils de bientôt 15 ans et une fille 12 ans et demi.   

Quel est ton parcours dans les grandes lignes ?

J'ai été gérante d'une boutique de presse et papeterie pendant quelques années, mais je ne me sentais pas pleinement épanouie dans cette activité : il manquait quelque chose. Je me suis lancée dans la vente d'épices sur les marchés lyonnais. J'avais besoin d'un côté un peu saltimbanque dans mon travail. L'exotisme des produits que je vendais me comblait, mais il manquait l'aspect artisanal.   

Quel type de créations fabriques-tu ? Parle-nous de ton travail.

Je réalise essentiellement des bijoux d'inspiration ethnique, bohème et bouddhiste. J'utilise des matières comme le cuir, la nacre, le bois, la corne... Comme j'ai plusieurs cordes à mon arc, je fabrique aussi des vêtements et des accessoires en tissu et en laine.  

 

Es-tu créatrice indépendante à temps plein ou as-tu un job à côté ?

Je suis créatrice indépendante à temps plein, c'est mon travail principal. Cependant, il m'arrive de travailler ponctuellement en CDD. Parfois, l'activité commerciale baisse selon le contexte économique. Cela me permet d'assurer un minimum et de poursuivre ce travail que j'aime tant.  
 

Cette découverte fut un déclic : depuis toujours je réalise des choses avec mes mains, c'est un besoin vital. Tout y passe, encadrement, couture, broderie, tricot, mosaïque, et surtout la création de bijoux... Ce rêve de combiner ma passion pour le fait-main avec un travail pouvait prendre forme.

Catherine - Créatrice de "Bahia Del Sol"

PORTRAIT DE CRÉATEUR

Le portrait de Catherine vous a plu ? Laissez votre avis !

  Comment as-tu décidé de te lancer et de créer ta marque ? 

En 2009, en recherchant un article sur internet, je suis tombée par hasard sur une plateforme de créateurs allemande. Cette découverte fut un déclic : depuis toujours je réalise des choses avec mes mains, c'est un besoin vital. Tout y passe, encadrement, couture, broderie, tricot, mosaïque, et surtout la création de bijoux... Ce rêve de combiner ma passion pour le fait-main avec un travail pouvait prendre forme. Je me suis lancée en 2010, puis j'ai créé la marque Bahia Del Sol. Aujourd'hui, je suis heureuse d'avoir fait ce choix.  

 

Donne nous 3 mots pour définir ta marque.

Hippie chic – Ethnique - Zen.  

Où trouves-tu l’inspiration ?

Je trouve l'inspiration dans le quotidien : en observant les gens dans la rue, des photos ou des articles dans les magazines, à la télévision... Parfois, c'est une matière, une couleur, la forme d'un pendentif ou d'une perle, qui vont m'inspirer. Il n'y a pas de règle. Cela peut être aussi une civilisation ou une spiritualité. Par exemple, j'ai vu un jour un reportage sur les Ndébélés, un peuple d'Afrique du Sud qui décore ses maisons avec des motifs géométriques. J'ai eu envie de réaliser, sur de la vaisselle en porcelaine (rien à voir avec les bijoux), des décors inspirés de leur art. En ce moment je prépare une collection INUIT, je fais des recherches sur ce peuple pour être juste dans le choix des matières, des couleurs.  

 

Qu’est-ce qui te motive à créer au quotidien ?

Je n'ai pas besoin de motivation pour créer. C'est un besoin vital. C'est un moment d'évasion et de concentration. 

  Qu’est-ce qui te rend le plus fière dans ton travail ? Et au contraire, qu’est-ce qui te donne des doutes ?

 

Je suis fière lorsque qu'une commande part au bout du monde ou lorsque je reçois des demandes de partenariats de pays lointains. Je doute de moi souvent. J'ai bien conscience de ne pas être Picasso, Galliano ou un autre de ces talentueux artistes, mais je suis fière que mes créations trouvent un public et fasse le bonheur de certains.  

 

Décris-nous ton atelier ou espace de création ? Plutôt fouillis ou bien rangé ?

 

Mon atelier est tout blanc. Les murs sont blancs, les meubles sont blancs et modernes. J'aime les bocaux en verre qui font anciens, j'y range des perles, des rubans, du fil, des boutons. J'adore chiner aussi et j'ai récemment acquis un casier d'imprimeur et des vieilles bobines en bois sur lesquelles j'ai enroulé de la laine. On y trouve aussi des paniers en osier ou je range mes pelotes de laine. Je collectionne les jolies illustrations colorées de Gaëlle Boissonnard, elles ornent mon bureau en attendant que je réalise un grand cadre avec. J'ai deux placards fermés pour ranger mes tissus entre autre. Il est plutôt bien rangé car j'ai besoin d'ordre autour de moi et d'organisation et j'y ai mis des plantes vertes, indispensables à mon bien être.  

 

As-tu des habitudes ou des petits rituels lorsque tu crées ?


Je n'ai pas vraiment de rituels, par contre, je ne peux pas travailler dans le silence complet. J'ai besoin d'un fond sonore. Et lorsque je me lance dans un nouveau bijou, je dois avoir toutes mes perles sous les yeux, donc je sors toutes mes boites que je dispose autour de moi.  

Quels sont tes matériaux préférés ?


J’aime ce qui est beau et authentique, ce qui m’amène à travailler avec des matériaux de qualité que je sélectionne avec soin. Les matières naturelles telles que le cuir, la soie, la nacre, la laine, le bois, les plumes, les perles semi-précieuses sont privilégiées.

 

  Raconte un fait cocasse qui t’es arrivé pendant ton travail. (Faire tomber la boite de perle, se coller les doigts, etc…)


Un jour j'ai un coup de cœur pour de très grosses perles dont la couleur était magnifique. J'imagine 3 bijoux très différents que je peux faire avec. Je commence donc à monter un collier assez original terminé par un pendentif tibétain plutôt volumineux. Une fois achevé je le pose sur un buste en attendant de le prendre en photo et je me lance dans de nouvelles créations avec le reste de ces grosses perles. Une amie passe me voir, et remarque le collier qu'elle trouve très joli et me demande si elle peut l'essayer. Elle tente de passer le collier par la tête et me dit toute penaude : je crois que j'ai vraiment une grosse tête, je n'arrive pas à le mettre.  En fait, je l'avais fait trop petit car je n'avais pas tenu compte de l'épaisseur des perles lors du montage. Il ne passait pas par ma tête non plus. J'ai dû tout recommencer. Comme quoi, on doit faire des maths même pour monter un collier...  

​As-tu une de tes créations qui te rend particulièrement fière ? Pourquoi ?

 

J'essaie de fabriquer des bijoux faciles à porter, mais j'aime aussi imaginer des pièces particulières, en pièce unique, destinées à une clientèle plus restreinte. J'ai réalisé il y a quelque temps un collier torque particulièrement original et joli. Le tour de cou en forme de demi-lune était vert pomme, très lumineux et je l'avais combiné avec un pendentif tibétain volumineux, représentant Ganesh, entièrement travaillé à la main. Je m'étais essayée à un travail de tissage avec des fils dans les tons de rouge et vert sur une partie du tour de cou. Le résultat était magnifique et j'étais fière de ce mélange de matières. A ma grande surprise, j'ai vendu ce collier si particulier très rapidement.  

 

Quel conseil aurais-tu aimé recevoir à tes débuts ? Y-a-t-il quelque chose que tu aurais aimé savoir avant de te lancer ?

Plutôt que de commander tout de suite à des fournisseurs professionnels qui exigent des minimum de commande, il vaut mieux - surtout au début - commander des petites quantités de matériel et l'utiliser au fur et à mesure. Cela évite des frais et du stockage.  

​Quels sont tes objectifs, rêves ou défis à relever ?  

 

Mon objectif à court terme est de travailler dans une boutique, seule ou en partenariat, où je pourrai vendre mes créations. J'ai aussi envie de tenter l'aventure des marchés de créateurs en dehors de Lyon. 

Comment vois-tu ta vie de créatrice d’ici 10 ans ? 

Je me vois dans ma boutique, avec un atelier attenant. 

 

Un dernier mot pour la fin ?

Osez vos rêves ! Avec de l'envie, de la passion, du travail et de la persévérance on arrive à tout. Rien n'est impossible !